La complexité de l'équipe projet !

C’est indéniable, la notion de projet est omniprésente et est à la mode aujourd’hui dans les entreprises.


En effet, pour faire face à une concurrence toujours plus rude, les entreprises n’hésitent pas à se transformer et cette transformation passe par la culture projet.


On en parle comme une évidence : tout le monde fait des projets, on écrit sur les projets, on endosse la posture de chef de projet, on fait partie d’une équipe projet, on se forme à la gestion de projet


Mais de quoi parle-t-on réellement ? Qu’est-ce qu’une équipe projet ? C’est quoi faire partie d’une équipe projet ?


La notion d’équipe a fortement évolué depuis ces dernières années.

On peut changer d’équipe, appartenir à plusieurs équipes, ou même constituer une équipe autour d’un projet pour une courte période (flash team) mais contrairement au football, ou les entraineurs disposent d’une équipe de « titulaires » et de « remplaçants », l’environnement professionnelle n’offre pas cette distinction entre « titulaires » et « remplaçants », il n’y a pas d’équipe B…


Si nous devons définir qu’est-ce qu’une équipe projet, c’est avant tout une équipe éphémère dédiée à la gestion de projet. Il s’agit là d’une équipe transverse fournissant un travail collaboratif ou l’on met en avant une mutualisation des compétences et en misant que 1+1 = 3.


Comment créer une dynamique d’équipe autour d’un projet commun ? Comment le projet peut-il justement être un formidable outil pour créer une cohérence, du plaisir partagé. Comment créer une dynamique de partage d’objectifs communs ?


L'équipe projet : modèle de coopération.


Une équipe projet est avant tout un modèle de coopération. Les membres de l’équipe travaillent ensemble et collaborent sur tous les aspects du projet dès le départ. Ils ont pour mission principale d’opérationnaliser le projet au fur et à mesure de leurs interactions.


Une des priorités pour l’équipe est de réussir à faire émerger une identité de groupe à partir d’individus de profils hétérogènes.

En effet lors de la constitution (forming) selon Tuckman, la question ‘qu’est ce qui nous réunit ? Que partageons-nous ?’’ est immédiate. C’est ici que le chef de projet apportera beaucoup de soin à la clarification d’objectifs et à une vision partagée, sous –tendue de valeurs communes qui donneront du sens aux actions quotidiennes de chacun.


La particularité de l’équipe projet est donc de pouvoir instaurer une identité forte pour donner du sens et renforcer la notion de cohérence dans les actions collectives. C’est sur cette base que l’engagement et l’implication seront enracinés. Encore faut-il arriver à maintenir la motivation individuelle et collective dans le temps...


Constituer son équipe projet en 5 étapes


Bruce Tuckman psycho-sociologue américain a modélisé en 1965 les différentes phases de vie d’une équipe, qui sont autant d’étapes par lesquelles un groupe passe au cours de son existence sans exception. L'équipe progressera selon ce modèle.


Cette modélisation des étapes de formation d’un groupe est intéressante pour connaître le niveau de maturité de l'équipe et permettre au Chef de projet d’utiliser les bons leviers motivationnels.



  • 1ère étape: constitution (forming)

Dans le cadre de la réunion de lancement du projet, Les membres du groupe se rencontrent.

A ce stade, le groupe n’est pas encore une équipe mais une somme d’individus.

Ils doivent donc apprendre à se connaître, se positionnent les uns par rapport aux autres et découvrent la légitimité de chacun.

Le rôle du chef de projet est d’être très clair sur les objectifs de l’équipe et fournir une vision précise du projet. Son objectif majeur est de catalyser la dynamique de groupe en adoptant un mode de management ‘’entraineur’’.


  • 2ème étape: tension (storming)

Après un début diplomatique, les premières divergences de points de vue font leur apparition. il y a des luttes de pouvoir chaque expert de l’équipe cherche à se faire entendre. C’est une phase très délicate ou le chef de projet veillera à faciliter les conversations lors des réunions d’équipe pour continuer à faire progresser l’équipe dans la bonne direction en adoptant un mode de management participatif. Dans cette phase où les équipiers repèrent ce qui les oppose, il peut être opportun de reformuler l’objectif commun régulièrement, afin de maintenir la cohésion dans le temps. Le chef de projet adoptera une posture assertive, c’est-à-dire s’affirmer en tant que leader, tout en respectant et en écoutant les différents membres du groupe.

  • 3ème étape : normalisation (norming)

Cette troisième phase correspond à la structuration de l’équipe, avec la mise en place de règles de fonctionnement acceptées par tous. La recherche d’un consensus autour d’un certain nombre de principe permet de cadrer le travail du groupe, on met en place une charte d’équipe.

Le chef de projet a désormais pour rôle de permettre au groupe de trouver un consensus autour d’un cadre commun de travail. C’est dans ce cadre qu’il sera possible de travailler efficacement. Cela peut passer par un mode de management plus ''directif'', qui permet de clarifier et de légitimer les règles de fonctionnement et les rôles de chacun.


  • 4ème étape : production (Performing)

Ça y est, l’équipe existe, le travail collaboratif permet au groupe de réussir des performances, la création de valeur est à son maximum, la motivation et la confiance sont au rendez-vous!

L’équipe est concentrée sur l’atteinte des objectifs. L’individu n’existe plus, les membres de l’équipe sont interdépendants. Cette quatrième étape correspond au travail effectif du groupe, l’équipe est désormais efficace et produit un haut niveau de performance.

Le rôle du leader est privilégié dans cette étape, Le chef de projet doit coordonner, motiver, arbitrer, susciter l’adhésion, en adoptant le juste degré de contrôle. Il doit donc adopter un mode de management ''délégatif''et se rendre disponible selon les besoins de chacun.


  • 5ème étape : dissolution (adjourning)

Cette cinquième étape correspond à la dissolution du groupe.

Quand l’équipe en a terminé avec le projet, il y a un sentiment de perte à devoir passer sur d’autres projets.


Le chef de projet doit prendre le temps de reconnaître le travail effectué par les membres du groupe, et de valoriser l’apport de chacun à l’atteinte des objectifs.

Il convient également de capitaliser sur les succès et les erreurs rencontrés dans le projet, ainsi que sur les règles de fonctionnement mises en place par l’équipe.

Enfin, il faut aussi marquer de façon formelle et explicite la fin du projet pour permettre aux équipiers de s’engager plus facilement dans de nouveaux projets.



''Se réunir est un début; rester ensemble est un progrès; travailler ensemble est la réussite’’.

Henry Ford.




LOGO_BLANC.png

INFORMATIONS

IQar est un Pure Project Player depuis plus de 10 ans et éditeur de la solution PPM clé en main

100 % made in France : SuitePro-G

CONTACT

Email : info@iqar-france.fr

Tél : 04 37 58 49 93

© IQar 2020 - La vision projet - Mentions légales

  • LinkedIn - White Circle
  • YouTube - Cercle blanc